Les superbugs envahissent les hôpitaux américains.

E coli peut devenir un superbug ou une entérobactéries résistante aux carbapénémases.

E coli peut devenir un superbug ou une entérobactéries résistante aux carbapénémases.

Les superbugs qu’est-ce que c’est?

Les  superbugs ou entérobactéries résistantes aux carbapénémases ou ERC sont des bactéries qui vivent normalement dans l’intestin et qui sont très résistantes aux antibiotiques.

Les superbugs ont hérité de noms dignes de films d’horreur comme “killer bacteria”  ou bactérie tueuse, bactérie cauchemardesque  pour une bonne raison: le taux de mortalité associé à une infection par les superbugs ( entérobactérie résistante aux carbapénémases ou ERC) ou est de plus de 40% et même de 50% selon les CDC (Centers for Diseases Control and Prevention) des États-Unis.

Comme la plupart des bactéries résistantes aux antibiotiques, on les retrouve dans les milieux de soins. La population qui se tient loin des milieux hospitaliers n’a généralement rien à craindre des superbugs.

Les entérobactéries résistantes aux carbapénémases ou ERC ont des mécanismes de résistance qui peuvent varier d’un superbug à l’autre. Les deux catégories de carbapénémases en émergence chez les entérobactéries sont les
enzymes KPC (Klebsiella pneumoniae productrice de carbapénémases) et NDM-1 (New-
Delhi Metallo-beta-lactamase-1) récemment responsables de plusieurs cas d’infections,
notamment au Royaume-Uni. Le fait que les gènes de résistance de ces bactéries aient été
identifiés sur des plasmides est également une source d’inquiétude puisque cette
caractéristique facilite la transmission de cette résistance à d’autres espèces bactériennes.

Causes de l’infection par  les superbugs

Comme déjà mentionné, les superbugs sont des bactéries originaires de l’intestin qui ont acquis des mécanismes de résistance aux antibiotiques.  Klebsiella et E. coli sont des exemples de bactéries intestinales qui peuvent devenir résistantes aux antibiotiques. les superbugs se retrouvent parfois en d’autres endroits que l’intestin comme dans le sang , les plaies, les poumons, le système urinaire ou les méninges et causent alors des infections difficiles à traiter.

Des antibiotiques puissants dits à large spectre sont utilisés pour traiter les infections causées par les superbugs. Quand les carbapénémènes sont trop souvent utilisés, les bactéries développent des résistances et deviennent des superbugs.

Transmission des superbugs

Les superbugs sont transmises lorsque les bactéries sont transférées par contact d’un patient porteur ou infecté à un autre. Par exemple, une infirmière qui a oublié de se laver les mains près avoir vu un patient et qui touche un deuxième patient avec ses mains contaminées. La transmission peut aussi se faire par une surface contaminée comme par exemple un endoscope mal désinfecté. Le gouvernement des États-Unis a récemment émis des alertes à ce sujet et des rappels de patients à risque d’avoir été contaminés ont été faits dans certains hôpitaux américains notamment à UCLA en Californie.

Les patients en bonne santé ont peu de risque d’être infectés. Par contre les patients immunosupprimés ou avec des cathéter, ou sous ventilation mécanique sont les plus à risque.

Symptômes d’une infection par les superbugs

Les symptômes d’une infection par les superbugs varient selon le site d’infection. On peut voir des infections urinaires, ou respiratoires ou encore des plaies infectées qui ne guérissent pas.

On peut aussi être porteur de la bactérie c’est-à-dire n’avoir aucun symptôme mais être quand même à risque de transmettre l’infection à un autre patient.

Le diagnostic d’une infection par des superbugs

Les médecins feront le diagnostic d’une infection par les superbugs en prenant un prélèvement pour faire une culture en laboratoire.

Le traitement des superbugs ou ERC ou entérobactéries résistantes aux carbapénémases

Il y a seulement quelques antibiotiques qui peuvent traiter les infections par les superbugs: c’est pourquoi elles sont si difficiles à traiter.  À titre d’information, selon le U.S. National Library of Medicine, seulement les polymyxines, les aminoglycosides, la tigécycline, la fosfomycine et la témocilline sont efficaces. Auparavant on utilisait des antibiotiques du groupe des carbapénèmes en dernier ressort pour traiter les infections gram négatif, maintenant ils sont devenus inutiles.

Le choix de l’antibiotique doit se faire selon les résultats de la culture. Lorsqu’une bactérie ERC pousse, on poursuit les analyses en vérifiant sa résistance aux différents traitements possibles. La prise d’antibiotiques après que le processus de guérison soit commencer pourrait être un facteur qui favorise la croissance des entérobactéries résistantes aux carbapénémases, il faut en tenir compte.

Il y a de moins en moins de nouveaux antibiotiques, la raison est simple: la  mise au point d’un nouvel antibiotique coûte des millions sinon des milliards et lorsqu’il est sur e marché, les autorités médicales s’empressent de dire qu’il faut l’utiliser avec parcimonie pour ne pas développer de résistance. Le volume des ventes ne justifie pas alors l’investissement. Il y a un nouvel antibiotique pour traiter les infections par entérobactéries résistantes aux carbapénémases: la ceftazidime-avibactam de la compagnie  Actavis. En décembre 2014,  un comité aviseur de la FDA (Food Drug Administration) a recommandé que la FDA approuve le médicament pour le traitement des patients qui ont peu ou pas d’autres choix de traitement de leur infection.   Selon le Département de santé publique du Dakota du Nord, une personne qui aurait fait une infection par une bactérie ERC ou une entérobactérie résistante aux carbapénémases pourrait en refaire une autre.

Prévention des infections les superbugs

Une des étapes primordiales de la prévention est l’usage optimal des antibiotiques. Les superbugs se développent à l’hôpital parce que ce sont les endroits où les antibiotiques sont le plus utilisés et que les bactéries peuvent e transmettre d’un patient à l’autre. Pis encore, ce sont les gènes de résistance qui peuvent se transmettre d’une bactérie à l’autre. Ainsi deux bactéries complètement différentes par exemple un Klebsiella et un E. coli peuvent s’échanger un gène de résistance aux antibiotiques.

Extrémité d'un endoscope qui montre la complexité de la désinfection

Extrémité d’un endoscope qui montre la complexité de la désinfection

Une autre façon de prévenir ces infections est de s’assurer que le matériel médical est nettoyé scrupuleusement. Par exemple, les endoscopes ( ces instruments que l’on introduit dans le corps pour voir par exemple dans l’intestin) s’ils sont mal désinfectés, peuvent être un vecteur important de transmission des superbugs.

 

 

Comme déjà mentionné, récemment un rappel de la FDA a été fait aux milieux de soins aux États-unis afin qu’ils s’assurent que les instruments soient désinfectés comme il se doit. Il faut dire que ces appareils qui comportent plusieurs tubes peuvent poser des défis à la désinfection. Deux hôpitaux en Californie ont déjà procédé au rappel de patients qui pourraient avoir été contaminés. Le Cedars-Sinai Medical Center est le deuxième hôpital de Los Angeles à procéder à un rappel.

Les mesures de bases comme le lavage des mains constituent aussi une des pierres angulaires de la lutte aux infections dans les hôpitaux.

Pour les patients victimes du ERC ou d’une entérobactérie résistante aux carbapénémases et qui retournent à la maison, les mesures de base comme le lavage des mains sont suffisantes pour prévenir la transmission.

Chacun peut faire sa part en évitant d’harceler son docteur pour avoir une prescription d’antibiotique ou encore encore en suivant exactement les directives du médecin lors de la prise d’antibiotiques. Il est aussi important de compléter un traitement antibiotique que de ne pas pas prendre d’antibiotique pour rien. Un traitement partiel ne fait que sélectionner les bactéries les plus résistantes.

Source: LiveScience

This entry was posted in entérobactéries résistantes aux carbapénémases, ERC, superbugs, Uncategorized and tagged , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *