Vaccin en patch contre la coqueluche: progrès?

Nouveau vaccin en patch contre la coqueluche

Nouveau vaccin en patch contre la coqueluche

Un nouveau vaccin en patch contre la coqueluche contre un vieux problème

La peur des aiguilles et la non compliance sont des problèmes qui existent depuis bien longtemps. Une autre tentative technologique pense pouvoir résoudre ce problème.Un simple vaccin en patch contre la coqueluche collé sur la peau pourrait servir de dose de rappel contre la coqueluche chez les patients à l’âge de 25 ans selon la société française DBV Technologies, qui a annoncé le lancement d’une étude clinique de phase 1.

Ce nouveau vaccin qui fonctionnerait via l’application d’un patch “Viaskin”. Menée avec la collaboration de les Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG) et l’entreprise de biotechnologie BioNet-Asia Co, l’étude donnera des résultats au premier trimestre 2017 selon le quotidien. La phase 1 de l’étude consiste plus précisément à évaluer l’innocuité et l’immunogénicité de deux doses progressives d’une toxine génétiquement détoxifiée de la coqueluche (rPT) développée par BioNet-Asia Co.

La première cohorte recevra deux applications du vaccin en patch contre la coqueluche à une dose de 25 μg ou un placebo. Le vaccin en patch contre la coqueluche sera appliqué pendant 48 heures, avec un intervalle de deux semaines entre les applications. Si l’innocuité et la tolérance du vaccin sont confirmées, la seconde cohorte de participants recevra deux applications de Viaskin rPT à une dose de 50 μg ou un placebo.

Ce nouveau mode d’administration d’un vaccin contre la coqueluche en patch présente l’avantage d’être non invasif car sans aiguille et donc auto-administrable et, selon DBV Technologies, de ne pas nécessiter d’adjuvant, c’est-à-dire une substance qui stimule la réponse immunitaire du vaccin pour le rendre plus efficace. Un produit plus facile d’utilisation, qui permettrait peut-être ainsi d’augmenter le taux d’observance du rappel de vaccin contre la coqueluche.

La coqueluche une maladie encore menaçante.

La coqueluche est une malade qui donne des complications chez les très jeunes enfants qui doivent souvent être hospitalisés à cause de complications respiratoires. On pense pouvoir diminuer le risque de la coqueluche en vaccinant leur entourage.

This entry was posted in Vaccin and tagged . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *