La résistance aux antibiotiques menace de tuer plus de personnes que le cancer en 2050.

La résistance aux antibiotiques menace de tuer plus de personnes que le cancer en 2050.

La résistance aux antibiotiques menace de tuer plus de personnes que le cancer en 2050.

Une américaine rapporte une bactérie mortelle de son voyage en Inde.

En août 2016, le compté de Washoe à Reno, Nevada, a été informé qu’une patiente d’un hôpital de soins aigus était infectée par par une bactérie qui était résistante à tous les antibiotiques connus. La bactérie appelée Kliebsiella pneumoniae, a été isolée d’une plaie le 9 août 2016. La patiente a été placée en isolement avec des précautions contact. en chambre seule.  La patiente avait une histoire de voyage récent à l’extérieur des États-Unis.

La patiente âgée de 70 ans  est revenue au début d’août d’un voyage prolongé en Inde. Elle fût admise avec un diagnostic d’une infection à la hanche.  La patiente a développé un choc septique et est décédée au début de septembre 2016. Pendant les 2 années qui ont précédé la patiente a eu de multiples hospitalisations en Inde suite à une fracture du fémur et une infection du fémur et de la hanche (ostéomyélite) hospitalisation étant en juin 2016.

Les tests de résistance aux antibiotiques effectués aux États-Unis ont montré que la bactérie résistait à 26 antibiotiques différents incluant tous les aminosides, polymyxines, tigecycline, et la colistine (un vieil antibiotique des années 50 très peu utilisé qui est réservé pour les bactéries qui ont des résistances extrêmes). La bactérie avait une résistance moindre à la fosfomycine. Cependant la fosfomycine n’est approuvée que pour usage oral aux États-Unis alors que des formulations intraveineuses sont disponibles dans d’autres pays.

La résistance aux antibiotiques menace croissante.

Si l’on en croit les experts, la résistance aux antibiotiques tuera plus de personnes que le cancer en 2050. Ce sont 10 millions de personnes par année qui seront alors victimes de la résistance aux antibiotiques pour un coût total estimé à environ 3 trillions de dollars par année.  Actuellement on estime à environ 700 000 le nombre de personnes qui décèdent à chaque année parce leur infection est résistante. De moins en moins d’antibiotiques sont mis sur le marché à chaque année. Les compagnies pharmaceutiques sont peu intéressées à investir dans des études qui pourraient mener à la découverte de nouveaux antibiotiques pour plusieurs raison:

  • ces études sont très dispendieuses et prennent du temps. Il est beaucoup plus rentable de commercialiser du Viagra ou une médicament contre le cholestérol.
  • les antibiotiques sont utilisés pendant de courtes périodes donc peu profitables  pour une compagnie. Un médicament contre une maladie chronique comme l’hypertension , le diabète ou le cholestérol est beaucoup plus payant.
  • si jamais un nouvel antibiotique voyait le jour, les médecins auraient le réflexe de ne pas le prescrire afin de le garder en réserve pour les cas ou les bactéries seraient résistantes aux autres antibiotiques.

Référence: MMWR

This entry was posted in entérobactéries résistantes aux carbapénémases, ERC, infections nosocomiales, Prévention, superbugs, Travailleurs de la santé and tagged , , , . Bookmark the permalink.